Imprimer cet article

Informatique

Comment rédiger un tweet efficace

À elle seule, la règle des 140 signes maximum caractérise Twitter. Pour autant, être bref n’est pas suffisant pour permettre à un « tweet » d’atteindre un « taux d’engagement » élevé. Autrement dit d’être retweeté, classé comme favori, ou de susciter l’abonnement d’autres utilisateurs du 3e réseau social le plus prisé de France. Zoom sur les qualités principales d’un bon tweet.

Publié le

Respecter la ligne éditoriale et suivre l’actualité

Pour ne pas déstabiliser ses abonnés, il est préférable de suivre une ligne éditoriale.

Parler de tout et de rien n’est pas une stratégie très efficace pour séduire et fidéliser des abonnés sur Twitter. Il est préférable d’opter pour une ligne éditoriale précise et simple à identifier. Une ligne éditoriale qui doit être définie en fonction :
- de l’image que l’entreprise souhaite donner (expertise technique, convivialité, tradition, caractère innovant, comportement éthique…) ;
- des objectifs qu’elle poursuit en communiquant sur Twitter (recherche de collaborateurs, recherche de partenaires, conquête et fidélisation de clients…).

Tous les tweets produits, retweetés ou distingués (via un « J’aime ») devront l’être dans le respect de cette ligne éditoriale.

Suivre l’actualité

Twitter est le réseau de l’immédiateté. L’actualité y est très suivie et commentée.

Twitter est un outil très utilisé pour suivre l’actualité, tous domaines confondus. Produire des tweets qui feront partie des premiers à relayer une information est une bonne stratégie pour faire en sorte qu’ils soient lus et retweetés. Toutefois, pour y parvenir, il faut :
- qu’une veille soit effectuée par une personne dans l’entreprise sur les domaines entrant dans sa ligne éditoriale ;
- que cette personne soit suffisamment autonome pour, sans délai, rédiger un tweet et le mettre en ligne.

Les créneaux de publication

Connaître les créneaux de présence sur Twitter est important pour définir une politique de publication.

D’une manière générale, pour accroître le taux d’engagement d’un tweet, il est conseillé de le mettre en ligne pendant les pics de fréquentation. Une des dernières études publiées sur le sujet (Quick Sprout – 2015) montre que :
- lorsque l’on vise un lectorat de professionnels, il faut préférer les jours de la semaine. Le taux d’engagement étant de 14 % supérieur à celui constaté les samedi et dimanche ;
- lorsque l’on cible un public de particuliers, le taux d’engagement est 17 % plus élevé les mercredi, samedi et dimanche.

Concernant les horaires, le créneau de base s’étale de 10 heures à 17 heures. L’étude précise d’ailleurs que le taux d’ouverture et de traitement des tweets est particulièrement élevé lors de la pause du déjeuner (autour de midi) et en fin d’après-midi (autour de 17 heures).

Précision :
une étude réalisée par Over-Graph précise que la durée de vie moyenne d’un tweet (durée pendant laquelle il va être lu et relayé par les autres utilisateurs du réseau social) n’excède pas 4 heures. Aussi, pour assurer une présence continue sur Tweeter, il est conseillé d’envoyer plusieurs tweets quotidiens, espacés les uns des autres.

Intégrer un hashtag

Les hashtags offrent une meilleure visibilité aux tweets.

Les hashtags sont des marqueurs (notés #nomdumarqueur) que l’on peut créer ou reprendre et qui permettent d’associer un tweet à un thème. Ce marqueur est important car il offre à un tweet la possibilité d’être vu par tous les non-abonnés qui utiliseront ce hashtag comme mot-clé dans une recherche sur le réseau social.

Exemple :
un utilisateur vient de recevoir un tweet contenant le hashtag #courdescomptes. Il lui suffit alors de cliquer sur ce hashtag pour que s’affiche sur son écran d’autres tweets contenant le même marqueur. Cette pratique, qui permet de facilement consulter différents messages portant sur un même sujet, est très répandue sur Twitter.

Il est possible d’intégrer plusieurs hashtags dans un même tweet. Mais attention, au-delà d’un marqueur, les études montrent que le taux d’engagement généré par le tweet s’effondre.

Précision :
dans un cadre baptisé « Tendances », qui apparaît sur la page d’accueil de chaque compte Tweeter, se trouve une liste de hashtags. Cette liste est conçue automatiquement par Twitter en fonction de la localisation de l’abonné mais aussi de ses centres d’intérêt.

Respecter les formes et mentionner les sources

Des règles de forme et de courtoisie doivent être suivies sur Twitter.

Un tweet doit être correctement rédigé (orthographe soignée, ponctuation respectée, utilisation réduite des abréviations) et adopter un ton décontracté sans être incorrect. Il convient aussi d’utiliser les majuscules avec modération. Ces dernières, signifiant « je crie », sont regardées comme une marque d’agressivité.

Il est de tradition de citer ses sources sur Twitter. Pour ce faire, il suffit de faire apparaître l’adresse de leur compte Twitter (@nomducompte) dans le corps du tweet. Les personnes ainsi citées recevront une notification sur leur compte Twitter. Par reconnaissance ou par simple curiosité, elles ne manqueront pas de venir visiter le compte de la personne qui les a citées.

Intégrer des liens et des images

Les images augmentent l’effet viral des tweets.

Il ne faut pas hésiter à intégrer une image dans un tweet. L’effet viral de celle-ci est largement démontré et augmente considérablement les chances qu’à un tweet d’être retweeté. En outre, il est possible et conseillé d’intégrer aussi des liens. Ces derniers vont permettre aux lecteurs du tweet d’accéder à des données plus riches (pages Web, blogs, vidéos en ligne…). Pour faire « entrer » les adresses des pages Web dans les 140 signes maximum du tweet, il faut utiliser un « réducteur d’URL », un service gratuit disponible en ligne (urlz.fr, ecra.se, url.exen.fr…).

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2015