Imprimer cet article

Informatique

Améliorer la visibilité d’un site grâce au SEO

En appliquant les techniques du référencement naturel ou SEO il est possible d’améliorer la visibilité d’un site sur les moteurs de recherche. Présentation des principaux éléments d’optimisation.

Publié le

Des pages aux contenus

La démarche SEO vise, notamment, à optimiser la conception des pages Web (titre, contenu) en fonction des critères de classement utilisés par les algorithmes des moteurs de recherche.

Vous avez dit SEO ?

Le référencement naturel ou SEO (search engine optimization) regroupe l’ensemble des techniques mises en œuvre pour améliorer la visibilité d’un site sur les moteurs de recherche sans avoir recours à des liens sponsorisés. Ces techniques, qui se basent sur les critères utilisés par Google ou Bing pour définir la position d’une page web dans leurs résultats, doivent être prises en compte lors de la création d’un site mais aussi dans sa gestion quotidienne.

Les pages

Si la démarche de SEO doit porter sur un site, l’entité retenue par les principaux moteurs de recherche est la page. C’est en effet cette dernière qui est proposée en termes de résultats et à laquelle l’internaute accédera via le moteur. Sa structure, les textes, images et vidéos qui la composent, les liens internet qu’elle abrite et qui pointent vers elle vont être analysés par les algorithmes pour définir son classement.

L’importance des mots-clés

La notion de mot-clé est fondamentale dans la mesure où ces derniers composent toutes les requêtes. Pour avoir une chance d’être bien placée dans la liste des résultats d’un moteur, une page web doit donc contenir le ou les mots-clés utilisés par l’internaute. Des mots-clés qui doivent apparaître dans le titre de la page et dans ses contenus.

Le titre

Le titre d’une page web joue un rôle important dans son classement. Il ne doit pas être trop long (une dizaine de mots) et doit parfaitement décrire le contenu de la page. L’insertion dans le titre de mots-clés caractérisant le contenu de la page est recommandée.

Attention :
il est fréquent de rencontrer des sites dont les pages ont toutes le même titre. En termes de référencement, cette pratique est un handicap. Idéalement, chaque page doit avoir son propre titre.
Les contenus

Par « contenus », il faut comprendre les textes qui sont visibles par l’internaute lorsqu’il accède à la page. Là encore, leur optimisation sera utile pour gagner des places dans les classements des moteurs de recherche. Comme le titre, les contenus de chaque page doivent reprendre, sans répétition excessive toutefois (dans les titres des paragraphes et dans les phrases introductives, par exemple), les mots-clés en rapport avec le sujet traité. Il est également conseillé de porter une attention particulière aux légendes associées aux images et surtout au texte servant de point de départ à un lien internet. Les célèbres « cliquez ici » et les « liens images », totalement inopérants en termes de référencement, devront donc laisser la place à des mots ou des phrases caractérisant le contenu de la page vers laquelle ils pointent.

À savoir :
Bing, le second moteur le plus utilisé dans le monde après Google, a annoncé vouloir intégrer, dans ses critères de classement, le respect de l’orthographe, de la grammaire et de la syntaxe !

Zones de description et notoriété des pages

Les titres et les contenus de ses pages ne sont pas les seuls éléments à optimiser pour améliorer la visibilité d’un site.

Les zones de description

Les zones de description (balise « meta description », essentiellement) n’ont pas d’intérêt en termes de référencement. Néanmoins, il est impératif de correctement les compléter car leur contenu peut s’afficher sur les pages de résultats des moteurs et servir de résumé. La qualité du contenu de la balise « meta description » est donc déterminante, non pas pour permettre un meilleur positionnement de la page, mais pour inciter les internautes à l’ouvrir.

Précision :
les balises « keywords », dont la vocation est de regrouper des mots-clés caractérisant les contenus du site, très longtemps utilisées pour tenter de « tromper » les moteurs de recherche, ne sont plus prises en compte par leurs algorithmes.
La popularité des pages

Les algorithmes des moteurs de recherche ont été conçus pour valoriser les contenus plébiscités par les internautes. Cette notoriété, considérée comme un gage de qualité et de pertinence, est le plus souvent estimée en tenant compte du nombre de liens qui pointent vers ces contenus. Un critère qui est plus ou moins signifiant selon que le ou les sites à partir desquels les liens ont été mis en place seront eux-mêmes très populaires (sites à très forte notoriété) ou au contraire peu valorisés par les moteurs (annuaire bricolé, site pauvre en contenu…). Favoriser les échanges de liens avec des sites de partenaires ayant des activités comparables constitue donc une première action à entreprendre pour accroître l’indice de popularité d’un site.

D’autres critères

Outre ces critères, de nombreux spécialistes du référencement considèrent que les moteurs s’appuient aussi sur l’ancienneté du nom de domaine, la fraîcheur des contenus et le rythme de leur renouvellement, la présence de liens entre les pages composant un même site ainsi que sur le taux de rebond. Ce dernier indice comptabilise les internautes ouvrant une page d’un site et la quittant sans en consulter d’autres. L’importance de ce taux, couplé à un temps de présence sur la page très court signifierait, pour certains moteurs, que l’internaute ne juge pas pertinente l’association des mots-clés recherchés et du contenu de la page sélectionnée. En général, on considère comme élevé un taux de rebond supérieur à 50 %.

Précision :
pour faire baisser le taux de rebond, il convient de « séduire » l’internaute en lui faisant découvrir la richesse des autres pages via des sommaires ou encore en intégrant un moteur de recherche interne qui facilitera sa navigation au sein du site.
Tricher n’est pas jouer

Afin d’obtenir un meilleur classement pour son site, la tentation peut être forte de « tricher ». On pourra, par exemple, acheter des liens à des entreprises spécialisées ou créer des sites dont le seul rôle est de positionner des liens internet vers son propre site et ainsi d’accroître artificiellement sa popularité. Il est également possible de multiplier à outrance les mots-clés ou d’insérer dans les balises « titres », « description » ou dans le corps du texte des mots-clés « populaires » mais qui n’ont rien à voir avec le thème du site. Mais attention, toutes les techniques visant à tromper les algorithmes sont traquées par les services techniques de tous les moteurs de recherche. Et ces derniers, dans la mesure où la crédibilité de leurs résultats, sur laquelle s’appuie leur modèle économique, est en jeu, n’hésiteront pas, en cas de fraude, à désindexer le site « fautif » de leur moteur.

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2014